Devenir fan

Qu’est-ce que l’acné ?

Affection inflammatoire des glandes sébacées, l’acné se manifeste par l’apparition de comédons et de boutons rouges ou blancs sur la poitrine, le dos et surtout le visage. Des perturbations hormonales sont à l’origine de ce dérèglement qui touche la plupart des adolescents, mais aussi de nombreuses femmes adultes.
 

Modifié le 24/07/2012

Un dérèglement des glandes sébacées


Chaque pore de notre peau contient un poil et une glande sébacée. En temps normal, celle-ci sécrète du sébum, une substance grasse qui contribue à protéger la peau de la déshydratation et des agressions extérieures par un mince film lipidique.

Mais en cas d’augmentation de la testostérone dans l’organisme (comme c’est le cas à la puberté chez les garçons et les filles) ou d’hypersensibilité à cette hormone, la production de sébum devient excessive, les glandes sébacées s’hypertrophient et les pores s’élargissent : on parle alors d’hyperséborrhée.

Sécrété en excès, le sébum change aussi de nature : plus concentré en squalènes et en cire, il devient irritant, comédogène et pro-inflammatoire. Ce sébum modifié se répand sur la peau qui devient grasse et brillante, en particulier dans les zones riches en glandes sébacées : le nez, le front, le menton, mais aussi le décolleté, le haut du dos et les bras. Une inflammation invisible est alors déjà à l’œuvre.


La formation des comédons


Parallèlement, le processus de renouvellement des cellules de la peau est perturbé. Des cellules mortes s’accumulent dans le canal folliculaire reliant la glande sébacée à la peau, qui s’obstrue peu à peu : c’est l’hyperkératinisation. Piégé, le sébum s’accumule et forme un bouchon qui se traduit par un relief irrégulier et blanchâtre au niveau de la peau, appelé comédon fermé, microkyste ou plus communément point blanc.


Du point blanc au point noir


Il arrive que ce comédon régresse naturellement. Mais généralement, il poursuit son évolution : son volume force l’accumulation de cellules mortes qui bouche le pore et se retrouve au contact de l’air, où le sébum s’oxyde et devient noir. On obtient un point noir ou comédon ouvert. Points blancs et points noirs constituent ce que l’on appelle l’acné « rétentionnelle ».


Quand les boutons apparaissent


Avec le temps, l’hyperséborrhée favorise la muliplication d’une bactérie, Proponibacterium acnes, qui trouve dans ce milieu gras et dépourvu d’oxygène des conditions idéales pour sa prolifération. Le comédon s’inflamme alors et se gorge de pus. Les tissus environnants sont affectés, gonflent, deviennent rouges et douloureux. On voit ainsi apparaître un bouton rouge (papule) ou blanc (pustule ou nodule) et on parle d’acné « inflammatoire ». Dans plus de la moitié des cas, les peaux acnéiques présentent à la fois des lésions rétentionnelles et inflammatoires.


L’évolution de l’acné


Si l’on n’y touche pas, les boutons inflammés régressent spontanément en quelques jours. A l’inverse, si on les presse, on risque de faire éclater la glande sébacée et de répandre largement le pus et les bactéries sur l’épiderme et dans le derme, avec à la clé une multiplication et une aggravation des lésions acnéiques ainsi qu’un risque de cicatrices.

L’acné évolue par poussées, c’est-à-dire que des périodes de multiplication des lésions succèdent à des périodes d’amélioration de l’état de la peau. Généralement, elle disparaît spontanément vers 20 ans. Cependant, elle peut persister à l’âge adulte, en particulier chez les femmes : plus de 40% d’entre elles en souffrent encore passé 25 ans. Des troubles hormonaux sont alors souvent en cause.

Notre philosophie

En savoir plus

Nos engagements

En savoir plus

Espace Ado

En savoir plus